Rentrée parlementaire sous les klaxons à Queen’s Park

·2 min read

ÉMILIE PELLETIER

Initiative de journalisme local — Le Droit

C’est au son incessant des klaxons à l’extérieur de l’Assemblée législative de l’Ontario, ceux de manifestants qui demandent au gouvernement Ford d’accorder des congés maladie payés, que les travaux parlementaires ont repris à Queen’s Park, mardi matin.

Les chauffeurs, qui ont bruyamment roulé autour du parlement ontarien pendant plusieurs heures, se rangent du côté du NPD de l’Ontario, qui demande depuis des mois au gouvernement Ford de payer leur salaire aux travailleurs lorsqu’ils prennent des journées de congé lorsqu’ils sont malades.

«Les gens ne devraient jamais avoir à choisir entre aller travailler et apporter la maladie sur leur lieu de travail ou perdre un chèque de paie et ne pas être en mesure de payer les factures», a réitéré la cheffe néo-démocrate Andrea Horwath durant la période de questions.

«Il y en a, des jours de maladie, a répliqué le premier ministre Doug Ford. Soit la cheffe de l’opposition ne connaît pas le programme, soit elle ne le comprend pas, ou quelque chose du genre.»

Le premier ministre ontarien répète de son côté qu’il existe un programme fédéral permettant les journées de congé maladie payées.

Néanmoins, Andrea Horwath ainsi que les autres principaux partis de l’opposition à Queen’s Park jugent ce programme insuffisant.

Vaccins

Le gouvernement Ford a été la cible de la foudre des partis d’opposition face aux ratés de son plan de vaccination.

Même si le gouvernement progressiste-conservateur blâme le manque d’approvisionnement pour expliquer les problèmes liés au faible nombre de doses administrées jusqu’à présent, le leader parlementaire libéral John Fraser demande des comptes:

«On a des millions de gens à vacciner. Comment se fait-il qu’on ne sache pas qui sera vacciné en premier, quand d’autres juridictions le savent, elles?»

John Fraser dit comprendre que le gouvernement ne puisse offrir de dates définitives face à la distribution des doses, mais qu’il doit au moins révéler qui en seront les récipiendaires une fois disponibles.

Drapeau en berne?

Le NPD a demandé l’unanimité de la chambre, mardi matin, afin de mettre le drapeau de l’Assemblée législative de l’Ontario en berne en l’honneur des milliers d’Ontariens décédés en raison de la COVID-19.

«Non», a-t-on entendu d’un député du Parti progressiste-conservateur.

Ce refus d’un élu (que Le Droit n’a pas encore été en mesure d’identifier) a choqué l’opposition.

«Je pense que c’est une demande raisonnable», a noté John Fraser, qui a ensuite proposé, en mêlée de presse, que le drapeau soit mis en berne de manière permanente, jusqu’à la fin de la pandémie, pour faire honneur aux victimes de la COVID-19.

Émilie Pelletier, journaliste, Initiative de journalisme local, Le Droit