Restez chez vous pour les Fêtes, demande le CISSS de la Côte-Nord

·4 min read

« Passez le temps des Fêtes avec vos proches sur la Côte-Nord », a recommandé le Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) de la Côte-Nord lors du point de presse du 20 novembre.

« C’est pour protéger nos proches, notre système de santé et pour maintenir les activités sociales de la région », a fait valoir le médecin-conseil en santé publique du CISSS, Richard Fachehoun. « Pour ce faire, partageons la joie familiale et les cadeaux, pas le virus. »

Ainsi, selon le modèle du gouvernement provincial, le Dr Fachehoun conseille aux familles qui recevront des proches lors des Fêtes d’exiger que ces derniers respectent un confinement volontaire de sept jours avant leur arrivée. Les rassemblements privés, autorisés par le gouvernement Legault entre les 24 et 27 décembre, doivent être limités à dix personnes, et « on doit respecter les deux mètres en tout temps et faire attention à nos personnes vulnérables ». Les individus vulnérables tels qu’identifiés par la santé publique sont ceux âgés de 70 ans et plus, ou qui vivent avec des maladies chroniques ou une immunosuppression.

Dans le cas où on doit se déplacer dans une autre région, « notez tous les lieux que vous avez fréquentés » pour faciliter les possibles enquêtes épidémiologiques. « Demandez à la famille [qui vous accueille] de respecter un confinement volontaire de sept jours », suggère le Dr Fachehoun en rappelant qu’un isolement d’une semaine doit être respecté après le retour à la maison.

« Il faut vraiment se limiter aux rassemblements essentiels, exhorte-t-il. Ces sacrifices sont nécessaires pour limiter le nombre de cas de COVID-19 sur la Côte-Nord au début du mois de janvier. »

Hausse du nombre de personnes infectées

Vendredi, la Côte-Nord a recensé son plus gros bond depuis le début de la deuxième vague avec sept nouveaux cas de COVID-19, c’est-à-dire six dans la MRC de Manicouagan et un autre dans la MRC de Sept-Rivières.

« Nous sommes très préoccupés par la hausse du nombre de cas et par les impacts que cela pourrait avoir sur le réseau santé et sur le nombre de dépistages réduit », a déclaré le président-directeur général par intérim du CISSS de la région, Claude Lévesque.

La Basse-Côte-Nord a par ailleurs enregistré son premier cas d’infection au coronavirus. Un résident de Blanc-Sablon a reçu un test positif après un dépistage effectué dans le cadre du programme de gestion des entrées en territoires isolés. Le CISSS a déterminé que le risque de transmission dans la communauté était faible et qu’aucun contact n’avait été relié aux transports aériens.

Malgré l’augmentation du nombre de cas dans la région, la direction du CISSS ne proposera pas l’instauration de contrôles routiers plus coercitifs à l’entrée de la Côte-Nord ou entre les MRC, même si l’option est sur la table à dessin de Québec. Les points de contrôle préventifs à la traverse Baie-Sainte-Catherine/Tadoussac seront maintenus jusqu’à nouvel ordre.

Toutefois, le CISSS maintiendra son protocole de gestion des entrées en territoires isolés ou vulnérables, tels que la Basse-Côte-Nord et Schefferville, et n’a pas fermé la porte à possible durcissement. Pour l’instant, il est recommandé à toute personne provenant d’une zone orange ou rouge de respecter un isolement préventif de sept jours et de faire un dépistage à l’arrivée, puis un second après la période de confinement. Certaines entreprises ont choisi de mettre en place des protocoles plus sévères pour ses travailleurs. Hydro-Québec, par exemple, exige que ses employés et ses sous-contractants soient systématiquement dépistés et aient reçu un résultat négatif avant qu’ils ne se rendent sur les chantiers.

Rappel des mesures sanitaires

« Nous devons agir maintenant pour éviter de passer au palier orange ou rouge avec les restrictions que cela imposerait », a imploré le Dr Richard Fachehoun en rappelant comme à chaque conférence de presse l’importance du respect des mesures sanitaires de base. « S’il-vous-plaît, portez le masque. Il faut le mettre pour qu’il couvre votre bouche et votre nez. Il ne faut pas le masque se retrouve en-dessous du nez ou du menton », a-t-il répété.

Selon lui, la dernière semaine du présent mois déterminera si la région restera au palier jaune. En date du 24 novembre, la Côte-Nord a atteint le seul de 200 cas confirmés sur son territoire depuis le début de la pandémie, dont 17 cas actifs et 181 guéris. Trois hospitalisations sont en cours. La Minganie, quant à elle, a ajouté une personne infectée à son bilan, portant le total à 13.

Laurence Dami-Houle, Initiative de journalisme local, Le Portageur