Rive-Sud: Des craintes pour l'accessibilité universelle en transport en commun

·4 min read

Le 27 octobre dernier, l’Autorité régionale de transport métropolitain (ARTM) a déposé son

projet de plan stratégique de développement du transport collectif de la région

métropolitaine de Montréal. Ce plan vise à améliorer la qualité de vie des citoyens en

augmentant l’offre de service du transport collectif, à lutter contre les changements

climatiques résultant de l’émission des gaz à effet de serre, à diminuer la congestion

routière et à augmenter la vitalité de la région.

Le but de ce plan, sur un horizon de dix ans, soit pour l’année 2031, est d’augmenter les

déplacements en transport collectif de 10 %. Évidemment, l’ARTM souhaite que la

majorité des déplacements des gens s’effectuent, dans le futur, en transport collectif.

Dans un mémoire récemment déposé à l’ARTM, l’Association des usagers du transport adapté de Longueuil (AUTAL) déplore que la place accordée aux besoins et aux intérêts spécifiques des personnes ayant des limitations fonctionnelles ne soit pas plus représentative dans ce plan.

Ce mémoire s’articule autour de quatre sujets très importants soit : l’accessibilité universelle, le transport adapté, la tarification ainsi que l’accessibilité des nouvelles technologies.

L’accessibilité universelle

Selon l’AUTAL, l’accessibilité universelle se définit par : offrir un milieu de vie où chacun

peut bénéficier des mêmes services de façon autonome, peu importe ses limitations.

C’est donc éliminer les barrières physiques, sociales et de communication qui font

obstacle à la participation active et à l’intégration des personnes handicapées.

Nous considérons que pour éliminer les barrières à la mobilité lors d’un déplacement,

l’ARTM devrait consulter en premier temps, les organismes communautaires œuvrant

auprès des personnes handicapées afin d’identifier leurs besoins. Pour réduire les

barrières, la chaîne de déplacement doit aussi être accessible et sécuritaire.

L’électrification des transports est une bonne nouvelle. Celle-ci permet de réduire

l’empreinte laissée sur l’environnement et de favoriser l’économie québécoise avec

l’utilisation augmentée de l’électricité. Cependant, il ne faut pas que l’électrification des

transports s’effectue au détriment de l’accessibilité universelle. Une des conséquences

de l’électrification est la réduction du bruit des opérations, ce qui entraînera une

problématique pour les personnes ayant un handicap visuel.

L’AUTAL s’inquiète au sujet de l’importance qu’accordera l’ARTM à l’accessibilité

universelle. Nous ne désirons pas que, par manque d’argent, l’Autorité néglige

l’importance de celle-ci.

Transport adapté

En matière d’amélioration du service, nous sommes d’avis que les normes existantes

pourraient être bonifiées et adaptées aux besoins des personnes handicapées qui

utilisent le service de transport adapté.

L’ARTM prévoit favoriser une utilisation combinée des services de transport régulier et

Tarification

Pour simplifier la structure tarifaire, l’ARTM a proposé, dans son projet de refonte

tarifaire du mois de septembre 2020, de réduire le nombre de grilles tarifaires ainsi que

le nombre de zones. Cette proposition engendrera des gagnants et des perdants en

matière de tarification. En effet, pour les mêmes services, les utilisateurs de

l’agglomération de Longueuil devront débourser plus que ceux de l’agglomération de

Montréal. Selon nous, cette inégalité devrait être corrigée. De plus, nous considérons

que la tarification sociale devrait s’appliquer aux personnes à faible revenu et aux

personnes handicapées au même titre que pour les jeunes, les étudiants et les aînés.

Accessibilité des nouvelles technologies

Tout d’abord, nous sommes surpris de constater qu’une fois de plus, les documents

soumis à la consultation publique ainsi que le formulaire d’inscription pour soumettre un

mémoire ne respectent pas tous les critères d’accessibilité. Il est donc primordial que

l’ARTM prenne conscience qu’elle peut empêcher certains citoyens de se prononcer sur

la consultation publique par le biais de la plateforme « Repensons la mobilité ».

L’AUTAL a des préoccupations par rapport à l’accessibilité des nouvelles fonctionnalités

technologiques que l’ARTM désire implanter. Il s’agit, entre autres, de la mise en plac de nouveaux modes de paiement ainsi qu’une centrale de mobilité.

Les nouvelles fonctionnalités technologiques doivent être implantées de façon à ce quetoute la population incluant les personnes vivant avec des limitations fonctionnellespuisse l’utiliser en tout temps.

François Laramée, Initiative de journalisme local, La Relève