Sabin Côté est pour un regroupement des municipalités

Louis Potvin, Initiative de journalisme local
·2 min read

Le maire de Roberval, Sabin Côté, estime qu’il est temps de regarder la possibilité de regrouper l’ensemble des municipalités de la MRC du Domaine-du-Roy pour en faire une grande ville.

« C’est le temps que nous fassions le débat! Le gouvernement est prêt à payer pour des études de regroupement. Je crois qu’il faut obtenir une analyse pour connaître les avantages et inconvénients d’un regroupement. C’est le temps de jeter le pavé dans la mare », a-t-il lancé.

Sabin Côté réagissait ainsi à l’idée soumise par le préfet Yanick Baillargeon la semaine dernière dans les pages de l’Étoile du Lac.

Il espère que la démarche ou seulement d’émettre l’idée d’un regroupement ne soit rejetée en raison d’anciennes guerres de clochers entre Saint-Félicien et Roberval.

« J’ose espérer que les mentalités ont changé! Il faut penser en termes de territoire. Nous sommes complémentaires avec Saint-Félicien qui est un pôle industriel et économique et Roberval un pôle de services public, social et professionnel. De plus, il y a déjà de nombreux organismes qui sont territoriaux. » Sabin Côté donne l’exemple du Havre du Lac-Saint-Jean, du Centre d’action bénévole, du Centre local de développement (CLD) et la Société d’aide au développement des collectivités (SADC).

Comme Saguenay

Sabin Côté juge qu’une municipalité de 10 000 habitants n’a presque pas les moyens de s’offrir différents services comme l’urbanisme et les loisirs. « À 10 000 de population, nous sommes à la limite pour offrir certains services. Ça coûte cher alors qu’on pourrait réaliser des économies en étant regroupé. Et les petites localités pourraient ainsi profiter de l’expertise des villes. Seulement en salaire pour les élus et des fonctionnaires, on sauverait plus d’un million par année. »

Selon le maire, il faudrait que le modèle ressemble à Saguenay en créant des arrondissements avec des élus par arrondissement.

« Est-ce que chaque municipalité aurait un représentant ou on ferait des regroupements, c’est l’étude qui nous le dira ? Aussi bien avoir un seul maire pour 29 000 de population que 63 élus. »

Éviter le mot fusion

Sabin Côté mentionne qu’il faut éviter le mot fusion et plutôt de parler de la création d’une nouvelle entité. Il donne l’exemple des chambres de commerce qui devraient parler de créer une seule chambre pour la MRC plutôt que de parler de la fusion entre Roberval et Saint-Félicien.

« Il y a des personnes qui s’accrochent à leur petit pouvoir et à leurs petits revenus au lieu de servir la population », tranche-t-il.

Louis Potvin, Initiative de journalisme local, Le Lac St-Jean