Saint-Camille instaure un taux de taxation varié

·2 min read

Pour compenser la très grande prise de valeurs de ses terres agricoles, Saint-Camille a instauré pour la première fois de son histoire un taux de taxation varié. C’est ce qui ressort du budget de 1 134 622 $ de la petite municipalité adopté en début de semaine.

Dans tous les cas, le taux de taxation est en forte baisse puisqu’il était de 1,14 $ par 100 $ d’évaluation depuis 2017. L’augmentation des valeurs foncières fera toutefois en sorte d’augmenter un peu la facture des citoyens. La municipalité touchera un peu plus de 700 000 $ grâce à ses taxes contre 666 199 $ l’année dernière.

« Il y a beaucoup de fluctuations dans le rôle, souligne le maire. On a une terre qui a augmenté de 100 % de valeur et une résidence de 67 % de valeur. L’impact n’est pas le même. Notre taux de taxation a baissé pour tout le monde, mais certaines résidences vont avoir une baisse et d’autres une hausse. »

La résidence médiane de Saint-Camille paiera au finale 60 $ de plus que l’année dernière.

« On fait l’achat d’un terrain et la refonte des règlements d’urbanisme, indique le maire. On paie une brigadière et on déneige les trottoirs maintenant. On pense que tout ça se fait à un prix tout à fait raisonnable d’autant plus qu’on a gelé les taxes lors des trois derniers budgets. »

Pour réduire l’écart entre le milieu résidentiel et agricole, la municipalité a également décidé de créer un tarif distinct pour les services de la Sûreté du Québec. Ce coût de 50 000 $ était auparavant inclus dans la taxe foncière.

« L’usage le plus fréquent est de mettre la moitié du montant sous forme de tarif et l’autre moitié dans la taxation, explique M. Pagé. Auparavant le 50 000 $ était dans la taxe et certains payaient beaucoup pour la SQ. Maintenant, c’est plus égal et ça allège un déséquilibre. »

L’ajout d’une brigade verte (6000 $) pour l’été 2021, la refonte des règlements d’urbanisme (25 000 $) ainsi que des travaux dans les rangs 9, 10, 13 et 16 sont également prévus au budget. Rappelons aussi que la municipalité souhaite aller de l’avant avec un projet domiciliaire en plein cœur du village.

Simon Roberge, Initiative de journalisme local, La Tribune