Sentiers des Pays-d’en-Haut : Bouger en toute sécurité !

·5 min read

L’engouement pour le plein air s’est fait ressentir cette année dans les sentiers de la MRC des Pays-d’en-Haut. Que notre région soit plus populaire que jamais, on ne peut que s’en réjouir – elle est si belle! Mais il faut aussi penser à l’aspect sécurité du phénomène.

La Société de plein air des Pays d'en-Haut (SOPAIR) travaille activement dans le domaine du plein air, dans le but d'assurer une pérennité et un accès aux sentiers dans la région. L'un de leurs projets phares a été d'uniformiser la signalisation dans les sentiers et ainsi d’offrir une meilleure sécurité.

Dans le contexte où le plein air est de plus en plus populaire et attire une clientèle de tous les niveaux, la signalisation dans les sentiers et la sécurité en milieu isolé deviennent des éléments encore plus importants. De la prévention à l’intervention, la MRC des Pays-d’en-Haut et la SOPAIR fournissent des outils aux usagers et aux premiers répondants, afin d’accroître la sécurité en milieu isolé.

La MRC des Pays-d’en-Haut et la SOPAIR ont travaillé pour mettre plusieurs cartes des sentiers de la région sur l’application Ondago. Celle-ci permet de télécharger les cartes et de se géolocaliser avec son téléphone, sans avoir besoin d’une connexion Internet. Cet outil est bien utile pour les usagers de plein air et sert à titre préventif puisqu’il permet d’éviter de se perdre.

« Les cartes ont connu une grande popularité cette année et ont été téléchargées plusieurs milliers de fois. L’application permet de faire connaitre les réseaux, mais apporte aussi un aspect sécuritaire puisqu’on est capable de voir précisément où l’on se situe exactement dans le sentier », détaille Martin Bujold, conseiller au développement touristique de la MRC des Pays-d’en-Haut. D’ailleurs, ils travaillent actuellement pour que certains sentiers hivernaux de la MRC soient également accessibles durant la prochaine saison.

En 2018, la MRC a mandaté la SOPAIR afin d’assurer la gestion, la validation de la signalisation sur le terrain et mettre en place une cartographie représentant tous les sentiers officiels non motorisés du territoire. L’information provenant des différents organismes de plein air de chaque municipalité a été rassemblée pour créer une banque de données et des cartables regroupant les cartes et les balises d’urgence de chaque réseau de sentiers. Ce cartable est un outil supplémentaire et permet de faciliter les interventions hors route des premiers répondants lorsqu’il y a un incident.

• 10 cartes de sentiers de la MRC des Pays-d’en-Haut sont disponibles sur Ondago.

• 6 000 téléchargements entre les mois de janvier et novembre 2020.

• 33 500 consultations de janvier à novembre 2020.

Tous les sentiers et les balises d’urgence ont été relevés à l’aide d’un GPS et transférés dans un système d’information géographique. Chaque balise d’urgence est numérotée avec un code alphanumérique. Ensuite, des cartes de chaque réseau de sentiers ont été créées et rassemblées dans un même cartable. Les 10 services d’urgence du territoire en possèdent chacun un exemplaire, ainsi que le 9-1-1.

Mise en situation : une personne part en expédition de vélo de montagne, se blesse et ne peut plus bouger. Grâce à la signalisation, elle peut maintenant joindre les services d’urgence, indiquer à quelle balise d’urgence elle se trouve et ceux-ci pourront la géolocaliser à l’aide du cartable et lui venir en aide beaucoup plus facilement.

Depuis deux ans, la SOPAIR met à jour cette banque de données et suit l’évolution des sentiers avec les gestionnaires de chaque réseau. « Notre rôle est d’accompagner les gestionnaires et de s’assurer que ce qu’il y a dans les cartables correspond bien à ce qu’il y a sur le terrain. Nous sommes également responsables de rapatrier les mises à jour, les changements, les nouveautés dans les sentiers et de les envoyer aux services d’urgence », explique la directrice générale de la SOPAIR, Marie-France Lajeunesse.

Au total, c’est plus de 6000 éléments qui ont été validés en 2019.

La MRC et la SOPAIR se préparent à voir beaucoup d’amateurs de plein air partager les sentiers des Laurentides cet hiver. Le défi sera surtout de faire cohabiter tous les sports : ski de fond, randonnée, fatbike, raquettes, etc.

« On anticipe encore une bonne fréquentation de nos sentiers. On va donc se concentrer à la sensibilisation sur des bonnes pratiques, sur l’importance de bien s’informer avant de quitter et de connaître ses capacités physiques », souligne Martin Bujold.

La MRC travaille également sur le déploiement d’une campagne de sensibilisation sur leurs réseaux sociaux. « On veut informer les gens des règles du partage des sentiers entre les utilisateurs de différentes activités. Il est important aussi que ceux qui commencent une activité connaissent leur niveau d’habilité et ne s’aventurent pas trop loin », poursuit-il. Ils tenteront également de faire découvrir des endroits moins connus aux utilisateurs des sentiers.

La température s’ajoutera aux défis reliés à l’encadrement des différentes pratiques, dans un contexte pandémique de santé et sécurité publique. « Cet hiver, des espaces et des feux pour se réchauffer seront installés. C’est aussi une question de sécurité », ajoute la directrice générale de la SOPAIR.

Marie-Catherine Goudreau, Initiative de journalisme local, Journal Accès