Situation «inquiétante» dans la Côte-de-Gaspé, dit Legault

·2 min read

La Gaspésie rapporte 21 nouveaux cas de coronavirus, dont la majorité dans la Côte-de-Gaspé, une des zones les plus affectées du Québec. Si la santé publique martèle qu'il n’est pas encore question de faire passer la région en rouge, le premier ministre Legault considère tout de même la situation de la péninsule comme «inquiétante».

Comme c’est le cas depuis près d’une semaine, c’est dans la Côte-de-Gaspé que le virus est le plus virulent en Gaspésie, avec 12 des 21 nouvelles infections. Avec un taux de 691 cas par 100 000 habitants, la MRC est la deuxième plus touchée de la province, bien au-delà de la moyenne provinciale de 128 cas par 100 000 habitants.

Contrairement au bilan de lundi, très peu de cas se retrouvent dans des milieux d'éclosion. Seulement quatre employés supplémentaires du Manoir Saint-Augustin de Gaspé, le lieu d’éclosion le plus important de la région, ont contracté la maladie, tous les autres cas étant en communauté.

Cinq cas s’ajoutent dans la MRC de Bonaventure, dans la Baie-des-Chaleurs, tandis que quatre cas ont été diagnostiqués dans MRC du Rocher-Percé.

Legault inquiet

Alors que la santé publique régionale multiplie les appels au calme, le directeur régional répétant que la situation ne justifie pas un rehaussement du niveau d’alerte dans la Côte-de-Gaspé, le premier ministre Legault s’est montré inquiet de la situation lors d’un point de presse à propos de la pandémie, mardi.

Le gouvernement considère la situation inquiétante dans plusieurs régions du Québec, comme le Saguenay-Lac-Saint-Jean, et affirme que la Côte-de-Gaspé est «sous haute surveillance».

«Il y a tout lieu de croire que dans les milieux où ça va mal, il y a eu plus de contacts dans les dernières semaines. Il faut respecter les consignes», soutient le premier ministre, faisant écho au Dr Bonnier-Viger, qui affirmait lundi que l’importante contamination à Gaspé était en partie dûe à des rassemblements familiaux.

Il y a présentement 216 cas actifs en Gaspésie et aux Îles-de-la-Madeleine, dont 121 dans la Côte-de-Gaspé.

Simon Carmichael, Initiative de journalisme local, Le Soleil