Star Académie : entre espoir et prudence pour les candidats de la région en danger

·4 min read

Trois-Rivières – Ils sont trois à avoir un lien avec la région Mauricie – Centre-du-Québec à attendre impatiemment le sort qui leur sera réservé à Star Académie, à savoir s'ils feront partie des deux qui seront sauvés par le public ou s'ils compteront plutôt parmi ceux qui ne défont par leur valise.

Rappelons que vendredi à midi, Star Académie doit annoncer sur Instagram qui figurera parmi les élus sur les 10 candidats qui sont en danger de rentrer bredouille à la maison.

Du groupe, Benjamin Gendron (Trois-Rivières) et Allyson Pétrin (Drummondville) sont les deux représentants de la région qui se trouvent parmi ce groupe, alors qu'un Mauricien d'adoption, Vincent Julien, originaire d'Alma au Lac Saint-Jean, est aussi du nombre.

L'étudiant au doctorat en chiropratique à l'UQTR espère bien sûr poursuivre l'aventure même si, à moyen terme, sa sélection voudrait dire de mettre les études sur pause.

«J'ai toujours essayé de bien gérer les deux, les études et la chanson et avec ma tête de cochon, je vais continuer de ne pas faire de choix», rigole-t-il.

«Ce que je pourrais faire, ce serait de repousser ma session d'un an. Ce serait possible. Ma directrice de doctorat est très compréhensive, on a déjà arrangé mon horaire pour me permettre de participer au camp de sélection», explique l'artiste.

«C'est sûr que j'aurais préféré être dans les 20 [qui sont déjà passés à la prochaine étape], mais j'y crois encore. C'est une semaine qui a été très chargée en émotions. Je crois au pouvoir des réseaux de région.»

Allyson Pétrin, elle cachait mal sa fébrilité jeudi, à quelques heures du dévoilement.

«Je suis quand même fébrile. J'ai hâte de savoir pour ne plus avoir de questionnements. C'est une dose d'amour, c'est irréel ce qu'on reçoit, les candidats, depuis un peu moins d'une semaine. J'ai un cercle de soutien qui est vraiment trippant», souligne la chanteuse.

Déjà, elle concède sentir l'engouement pour l'émission, notamment par le biais des réseaux sociaux.

«Mon Facebook a explosé!», sourit-elle.

«L'attente n'a pas fait de ma semaine un moment lourd ou négatif. Je veux aller le plus loin possible. On est vraiment chanceux de pouvoir participer à ça dans un contexte comme celui de la pandémie.»

Pour sa part, Benjamin Gendron n'en pouvait plus d'attendre, tellement il avait hâte de connaître le résultat. Il faut dire que les candidats patientent depuis novembre, puisque les deux premières émissions de la saison, celles du camp de sélection, on été enregistrées il y a trois mois.

«C'est interminable!», blague le musicien.

«L'élan de support moral que j'ai reçu des gens qui m'ont pris dans leur cœur, ça fait tellement de bien. Avec leur aide et leur amour, je vais m'en sortir», assure-t-il.

«On est tous gagnants, ça nous apporte une expérience unique. C'est une grosse différence dans nos vies du jour au lendemain.»

L'étudiant en musique du Cégep de Trois-Rivières soutient que l'appui de ses professeurs l'encourage à continuer.

«Ils m'ont vu évoluer. Il a fallu que je travaille fort pour que ça fonctionne et ça me donne une raison pour continuer», partage-t-il.

Comme Vincent, il devra prendre un temps d'arrêt de ses études si jamais l'aventure continue pour lui.

«Il va falloir que je mette du temps dans ma carrière de musicien, c'est certain. Je n'aurai pas le choix d'alléger, mais pour moi, c'est important les études.»

Comme ses comparses, Benjamin se trouve chanceux de pouvoir vivre cette opportunité, même si la COVID-19 change évidemment certaines choses.

«C'est plate parce qu'on ne peut pas voir les gens en face et s'il y a une tournée, elle sera sûrement reportée. En même temps, ça permet de se remettre sur nous-même, de se concentrer sur notre musique», relativise-t-il.

Les deux candidats qui seront choisis à l'issue du vote iront rejoindre les autres dans un hôtel de la région de Montréal, où ils seront en isolement préventif jusqu'au 14 février.

Marc-André Pelletier, Initiative de journalisme local, Le Nouvelliste