Toponymie mirabelloise: Benoît et Scholastique… qui sont-ils?

·3 min read

La toponymie est, selon la définition du dictionnaire Le Robert, l’étude des noms de lieux d’une région donnée, d’une langue. La Ville de Mirabel est composée de plusieurs secteurs qui furent nommés afin de rendre hommage à des canonisés, des personnages qui ont marqué l’histoire de la religion chrétienne. Dans ce premier papier, il sera question de Saint-Benoît et de Sainte-Scholastique, deux villages qui prennent les noms de Benoît de Nursie et de sa sœur et religieuse catholique, Scholastique.

Benoît de Nursie est né vers 480, sur des terres aujourd’hui italiennes, plus précisément, en Ombrie. Pour les fervents catholiques et orthodoxes, il est le fondateur de l’ordre des Bénédictins, ou l’ordre de Saint-Benoît, et a largement inspiré le monarchisme occidental ultérieur.

Son ordre, qui a été fondé il y a près de 1 500 ans, est la fédération de monastères qui a connu le plus large succès dans l’histoire, sans être la plus ancienne. Celle-ci suivait la règle de Saint-Benoît, qui fut écrite entre 530 et 556, par Benoît de Nursie lui-même. Elle fut créée pour guider les disciples dans la vie monastique communautaire, en s’inspirant du mode de vie de l’auteur, encadrant les rites, les cérémonies et prières, ainsi que le travail et la détente.

Vers 529, Benoît fonde une communauté de moine, sur le mont Cassin. Sa règle fut alors adoptée par la majorité des monastères en Occident et eut une influence religieuse considérable. Elle eut aussi une importance dans la formation de la société médiévale, en proposant l’idée d’une constitution écrite, le contrôle de l’autorité par la loi et l’élection du détenteur de cette dernière. Sous la règle de Saint-Benoît de Nursie, l’abbé devrait être choisi par ses frères.

Encore aujourd’hui, plusieurs milliers de moines et moniales s’inspirent de cette même règle, à travers le monde. Au Québec, l’Abbaye de Saint-Benoît-du-Lac, située précisément au cœur des Cantons-de-l’Est, est composée d’une trentaine de moines qui vivent selon la règle de ce personnage historique et religieux.

Un lien de parenté

Les villages de Sainte-Scolastique et de Saint-Benoît, constitués respectivement en 1834 et en 1799, sont voisins. Ils furent nommés en l’honneur d’un frère et d’une sœur qui, d’après ce qui est dit dans la tradition, pourraient être jumeaux.

Sainte-Scolastique est née en 480, soit la même année que son frère. Elle était une moniale catholique et fondatrice d’un monastère féminin qui adopta également la règle de Saint-Benoît. Scholastique n’est connue que par les écrits du pape Grégoire le Grand, premier de son nom, dans ses Dialogues.

Outre le secteur connu de Mirabel, la religieuse catholique a donné son nom à une abbaye et des écoles, en France, ainsi qu’à une autre institution d’enseignement à Dacca, au Bangladesh.

Prochainement…

Dans le cadre du prochain article en lien avec la toponymie de Mirabel, il sera question des secteurs de Sainte-Monique et Saint-Augustin. Comme Benoît et Scholastique, ces deux personnages entretenaient des liens familiaux étroits et ont laissé derrière eux des héritages religieux considérables.

Nicolas Parent, Initiative de journalisme local, L'Éveil