Transaction immobilière : la Ville de Sutton retire une offre d’achat

Cynthia Laflamme, Initiative de journalisme local
·2 min read

D’importants travaux seraient nécessaires pour mettre aux normes le bâtiment que lorgnait la Ville de Sutton pour y déménager les organismes communautaires logés au centre John-Sleeth, ce qui l’a finalement poussée à retirer son offre d’achat.

La Ville de Sutton avait déposé une offre d’achat pour le 1, rue Principale Sud, et approuvé le dépôt en fidéicommis de la somme de 15 000 $ pour l’achat du bâtiment, montant qu’elle pourra récupérer en raison des résultats de l’inspection complète réalisée par une compagnie externe.

«Or, les résultats de l’inspection révèlent que les travaux nécessaires à la mise aux normes du bâtiment pour un usage public impacteraient de façon trop importante les délais et les coûts initialement espérés, apprend-on dans un communiqué publié en ligne. C’est pourquoi, considérant que le bâtiment ne pourra pas répondre aux attentes et aux exigences du projet de relocalisation, la Ville de Sutton annonce son retrait de l’offre d’achat, comme elle en a la possibilité.»

Les coûts de l’inspection effectuée n’ont pas été révélés. Ce bâtiment avait déjà logé les locaux de la mairie pendant les travaux de décontamination de l’hôtel de ville, en 2015 et 2016. À l’exception du Round Top Bagels, il n’est pas occupé malgré son emplacement stratégique au coeur du village.

Selon la page dédiée au bâtiment commercial sur le site de l’agence Sutton Québec, il s’agit d’une reprise de finance. Le prix de vente affiché est de 874 900 $, alors que l’immeuble construit en 2000 est évalué à 713 300 $ au rôle d’évaluation foncière de la ville. Il est vendu sans garantie légale.

Les discussions se poursuivront avec les organismes communautaires concernés pour trouver une solution de relocalisation temporaire.

Le Centre communautaire John-Sleeth est arrivé à la fin de sa vie utile et doit faire l’objet de travaux majeurs pour en faire la réfection ou simplement reconstruire.

Cynthia Laflamme, Initiative de journalisme local, La Voix de l'Est