Transaction importante dans le monde minier-La propriété Philibert change de main

·4 min read

La transaction de 10 M$ touche le projet Philibert qui devient la propriété de la Hornby Bay Mineral Exploration Ltd. Le projet est situé dans le parc minier de Chibougamau à environ 50 km au sud-ouest de la ville. La propriété appartenait à M. Frank Guillemette de Mines Royales Québec qui avait acquis la propriété de 110 titres miniers avec la Soquem. La propriété est connue pour avoir une très forte teneur en or.

Quand M. Guillemette est arrivé dans le dossier, il avait le gout de développer une autre approche que l’exploitation souterraine pour valoriser cette propriété. M. Guillemette a voulu savoir si la double exploitation, soit à ciel ouvert et sous terre, serait possible. « Peut-on faire une mine à ciel ouvert pour valoriser les premiers 200 mètres de sol pour ensuite poursuivre et faire une rampe et aller chercher le minerai sous terre? » L’idée est de vendre le projet comme une mine qui demande moins de financement au départ. Puisqu’il n’est pas nécessaire de construire une rampe d’accès ou un puits de mine, les investissements sont moins élevés au début, mais les rendements, eux, ne seront pas moindres.

Cette approche semble avoir séduit la Hornby Bay Mineral Exploration Ltd qui a décidé de poursuivre l’exploration. Il faut aussi mentionner que le secteur est vraiment très prometteur. La minéralisation connue ne couvre qu'une petite section de la propriété Philibert. La structure principale a été explorée sur environ 3 km, mais reste sous explorée sur 2 km supplémentaires montrant une signature magnétique distincte qui caractérise le corridor minéralisé. La propriété Philibert est située dans le prolongement ouest du corridor de déformation qui traverse l'ancienne mine Joe Mann (production passée de 1,173 million d'onces d'or).

La propriété, qui couvre environ 5 392,57 ha, est à environ 9 km au nord-est du projet aurifère Nelligan d’IAMGOLD et à 12 km au sud-est de la propriété Monster Lake d’IAMGOLD toujours dans le parc minier de Chibougamau. La compagnie IAMGOLD devrait faire une mine sur sa propriété vedette Nelligan qui a, jusqu’à maintenant, démontré une très grande quantité d’or soit 3,2 millions d’onces pour ensuite aller chercher le minerai sur sa propriété voisine Monster Lake. C’est ce qui donne une plus-value pour la propriété Philibert. Notons aussi l’accessibilité par la route à moins de 10 km du réseau électrique et d'une usine non opérationnelle.

Avant 2015, environ 10 000 000 $ ont été dépensés en exploration et 60 000 mètres de forage ont été complétés. Une étude du potentiel économique réalisée par Roche Ltd a rapporté une estimation historique des ressources d'environ 1,4 million de tonnes titrant 5,3 grammes d'or par tonne.

Toujours le propriétaire

La transaction qui est proposée est une prise de contrôle inversé. L’entreprise cotée en bourse (Hornby bay) achète une société privée en payant en actions. Mais elle émet tellement d’actions pour la transaction que le contrôle passe à l’entreprise qu’elle acquiert. L’entreprise privée se retrouve donc publique sans passer par un premier appel à l’épargne.

Donc, malgré la vente de sa propriété, M. Guillemette reste quand même à la barre du projet. Il sera l’actionnaire de contrôle avec 26 % de la compagnie. Dans la transaction, outre des sommes d’argent qui seront à terme de 7 millions, le reste de la transaction a été payé en actions. « C’est comme si j’avais transféré mes actions privées à une société publique. Dans le fond, je me suis coté en bourse » nous explique Frank Guillemette. La Hornby Bay Mineral Exploration Ltd, qui est une compagnie d’exploration, aura comme défi dans les prochaines années de bien cartographier le secteur pour mettre en valeur son énorme potentiel et attirer une minière majeure qui pourra ensuite l’exploiter.

Le parc minier de Chibougamau est attrayant plus que jamais pour les compagnies d’exploitation. « Le prix de l’or est très élevé et le cuivre est également à la hausse, ce qui rend le secteur plus intéressant que jamais », mentionne M. Guillemette.

René Martel, Initiative de journalisme local, La Sentinelle