Un cégépien matanais remporte une mention spéciale au concours CégepBD

·2 min read

Le 29 octobre dernier, un étudiant de Techniques d’animation 3D et de synthèse d’images du Cégep de Matane, Anthony Técher, a eu l’honneur de recevoir une mention spéciale pour sa bande dessinée « Monsieur H » à l’occasion de l’édition 2020 du concours CégepBD, réunissant près d’une centaine d’inscriptions cette année.

En 3e année au Cégep de Matane et originaire de l’île de la Réunion, Anthony Técher a été félicité pour son oeuvre intitulée « Monsieur H », une bande dessinée de quatre planches traitant de la mélancolie moderne et de la sensation de perdre pied, une œuvre ayant vu le jour à l’occasion du confinement du printemps dernier.

Malgré le contexte de l’édition 2020, 94 inscriptions ont été enregistrées au concours, qui est organisé par le Collège de Valleyfield depuis 1996. Les planches soumises ont été évaluées selon différents critères comme la qualité technique, les illustrations, la composition des éléments narratifs et l’originalité du scénario. Si Anthony Técher n’a pas figuré sur le podium, il est parvenu à recevoir l’une des six mentions spéciales accordées par le jury.

En effet, le jury a souligné le « récit simple » du bédéiste ainsi qu’un « ton mélancolique soutenu par un dessin efficace et un design des personnages réussi ». L’illustrateur Mathieu Benoit, responsable de l’activité, a félicité M. Técher pour son « utilisation imaginative de la typographie et les couleurs choisies qui appuient l’ambiance claustrophobe » dans le récit.

M. Técher a eu l’occasion de développer ses compétences artistiques lors de ses études au Cégep de Matane. « Cela fait longtemps que je dessine, mais jusqu’ici c’était surtout sur du papier. Pour ce projet-là, j’ai pu me mettre à fond dans le dessin numérique et développer de nouvelles compétences acquises au cégep. Sans ma formation au cégep, je n’aurais jamais pu me sentir assez à l’aise en digital painting pour participer au concours », a expliqué l’étudiant.

Sa copine, Zoé Marchal, qui étudie en Techniques d’intégration multimédia, l’a notamment beaucoup aidé au niveau de l’histoire de la bande dessinée. « Le confinement du printemps m’a permis d’avoir plus de temps pour me pencher sur ce projet. Avant le confinement du printemps, la réalisation de la première planche, entre les heures de cours et les travaux à rendre, m’avait pris environ deux semaines. Après ça, j’étais capable d’en terminer une en trois jours », a commenté le bédéiste, qui avait accès à des tablettes graphiques pour l’aider.

Claudie Arseneault, Initiative de journalisme local, Mon Matane