Un colloque sur la communication et la transition socioécologique à l’UQAC

·3 min read

La communication dans le contexte de la transition socioécologique sera au coeur d’un colloque organisé jeudi par les étudiantes en éco-conseil de l’Université du Québec à Chicoutimi (UQAC).

L’événement, sous le thème « Ensemble vers l’action: comment parler de la transition ? », aura lieu en mode virtuel de 8h30 à 12h30. Le colloque proposera deux conférences, suivies d’une table ronde et d’une activité participative.

Les quatre étudiantes au Diplôme d’études supérieures spécialisées en éco-conseil souhaitent ainsi réfléchir à la façon dont la communication peut être un « propulseur pour le changement ».

« En tant que futures éco-conseillères, nous sommes des actrices de changements, a souligné l’étudiante Elizabeth Perron en conférence de presse virtuelle, mardi, en compagnie de sa collègue Mathilde Sauvé Gagnon. Nous allons être formées pour outiller les organisations à atteindre leur transition, donc nous devons avoir des outils de communication efficaces. »

La pandémie de COVID-19 a aussi influencé les étudiantes dans le choix de cette thématique, alors que parler de transition dans ce contexte représente selon elles un nouveau défi. « On développe une nouvelle façon de faire », a indiqué Mathilde Sauvé Gagnon.

Catherine Lemay-Belisle, représentante de l’Association professionnelle des éco-conseillers du Québec, a pour sa part mentionné que la communication est la compétence la plus utilisée par les éco-conseillers, selon les membres de l’organisation.

Conférences et invités Oumar Kane, professeur en communication sociale et publique de l’Université du Québec à Montréal (UQAM), offrira la première conférence de l’événement, consacrée à l’apport mutuel que peuvent avoir la communication et l’écologie. Rémi Toupin, doctorant en science, technologie et société à l’UQAM, entretiendra ensuite les participants au sujet de la communication de la recherche sur les enjeux écologiques dans un contexte numérique.

Cinq acteurs prendront ensuite part à une table ronde pour discuter de leurs stratégies de communication. Alice-Anne Simard, directrice générale de Nature Québec, Adrien Guibert-Barthez, co-porte-parole de la Coalition fjord, ainsi que la députée Ruba Ghazal, porte-parole de Québec solidaire en matière d’environnement, y prendront part. Marie-Michèle Doyon, fondatrice du forum Le Peuplier, et Sophie Delfa, professeure-chercheuse en communication à l’UQAC et membre du comité de démarrage du Grand dialogue régional sur la transition, y participeront également.

L’enjeu des stratégies de communication déployées par certains de ces acteurs mobilisés contre le projet d’exportation de gaz naturel à Saguenay de GNL Québec ne fera pas partie des sujets sur la table.

« Non, on ne risque pas de parler de GNL, a indiqué Elizabeth Perron. Sauf que peut-être que ça se peut qu’il y ait des invités qui en parlent dans leurs questions plus personnelles ; sûrement des messages qui ont été plus difficiles à passer, quelles stratégies de communication ils ont utilisées pour que ça fonctionne, mais on ne va pas nécessairement dans l’enjeu du GNL. »

Les organisatrices ont reçu jusqu’à maintenant 76 inscriptions en ligne à l’événement gratuit. Les étudiantes organisent également un rallye à Saguenay en prévision du colloque, dont les détails ont été publiés sur la page Facebook Éco-conseil UQAC.

Myriam Gauthier, Initiative de journalisme local, Le Quotidien