Un nouveau DG pour tenter de développer Bedford

Cynthia Laflamme, Initiative de journalisme local
·3 min read

La Ville de Bedford est sur le point d’accueillir un nouveau directeur général, après le départ en septembre de Guy Coulombe. Inspecteur à la Ville de Bromont, Frédérick Brault changera de municipalité et de chapeau pour remplir ce rôle. Il aura son lot de défis à relever alors que Bedford peine à se développer au-delà de ses opérations courantes.

M. Coulombe est demeuré dans le monde municipal, mais occupe maintenant un tout autre poste à la municipalité de Coaticook, indique le maire de Bedford, Yves Lévesque.

«Il nous a donné cinq ans à Bedford. On a fait un très bon bout de chemin, on a accompli de bonnes choses. Son départ a été une surprise, mais dans de petits milieux, ce sont des charges aussi importantes qu’ailleurs, mais avec des ressources moindres.»

Il s’agit d’un problème rencontré par plus d’une municipalité de petite taille.

«On a déjà tenté de faire un regroupement ou une fusion de municipalités pour avoir plus de ressources. Nos responsabilités sont aussi importantes, mais faute de budget, on a moins de ressources. Des fois, ça crée de la surcharge. Si on avait un regroupement de municipalités, on pourrait avancer et développer», estime M. Lévesque.

Pas de frontière directe, pas de regroupement

Quatre municipalités avaient été invitées à participer à une étude en ce sens, mais le refus du Canton de Bedford, dont le territoire enclave celui de la Ville de Bedford, a forcé l’arrêt des démarches.

«Stanbridge Station et Saint-Ignace de Stanbridge avaient voté une résolution, en 2019, pour procéder à une étude, se souvient le maire Lévesque. Selon les règlements du ministère des Affaires municipales et de l’Habitation, si nos villes ne se touchent pas, on ne peut pas procéder à ce genre d’étude.»

Le maire du Canton, Gilles St-Jean, n’y voyait alors aucun gain pour sa municipalité.

M. Lévesque assure que des demandes ont été faites à la ministre Andrée Laforest et à la députée Isabelle Charest pour que les règles soient assouplies. La Ville a toujours obtenu un refus, bien qu’elle ait senti une ouverture de la part de Mme Charest.

Un tel regroupement permettrait aux petites municipalités de partager les ressources humaines. «Et de faire du développement économique. On fait de l’opération au lieu de faire du développement», déplore M. Lévesque.

En 2018, le classement des localités selon l’indice de vitalité économique de 2016 plaçait Bedford en mauvaise posture avec une dévitalisation de son économie et un exode de sa population. En 2018, 2594 personnes habitaient Bedford. En 2019, ce nombre avait diminué de 38 pour atteindre 2556.

Nouveau DG

Les locaux de la mairie accueilleront jeudi le nouveau directeur général et secrétaire-trésorier de la Ville. Frédérick Brault, qui était à l’emploi de Bromont comme inspecteur, a également déjà été évaluateur municipal.

«Je pense qu’on a fait un bon choix, confie le maire. Même si on a une équipe occupée, on va essayer de faire du développement. Il connaît bien la dynamique de la région et il fait partie d’une municipalité qui connaît une belle croissance depuis quelques années. On a bien hâte de l’accueillir.»

M. Brault est titulaire d’un baccalauréat en Gestion urbaine et immobilière et d’un diplôme universitaire de deuxième cycle en environnement.

Cynthia Laflamme, Initiative de journalisme local, La Voix de l'Est