Un nouveau plan d’action pour les jeunes en Estrie

·2 min read

SANTÉ. Le CIUSSS de l’Estrie – CHUS a dévoilé son nouveau Plan d’action pour les jeunes et leur famille. Malgré l’engagement formel «pour le développement et le bien-être des enfants et pour la protection des plus vulnérables», on ne peut cependant pas compter sur l’organisation pour imposer des sanctions aux employés sous sa responsabilité qui n’ont pu empêcher le décès de la fillette de Granby et la maltraitance qu’a subie un jeune de 17 ans révélé l’automne dernier.

«Pour ce qui est de la situation en lien avec le décès de la jeune fille de sept ans à Granby, vous le savez, il y a eu une enquête interne, il y a eu des recommandations qui ne touchaient pas les personnes, mais les pratiques des personnes. Comment nos professionnels étaient soutenus, encadrés, parfois même soutenus dans la réflexion, les prises de décision et comment des éléments de communication entre nos professionnels, mais aussi entre nos professionnels et les professionnels de nos partenaires pouvaient parfois être problématiques. Donc, en termes de sanction d’individu, la réponse est bien sur négative en tant que telle. Mais vous comprenez qu’au-delà d’une personne, le travail est assez complexe en jeunesse surtout quand la protection de la jeunesse et la Loi sur la protection de la jeunesse sont impliquées», justifie Stéphane Tremblay, le président-directeur général du CIUSSS de l’Estrie – CHUS.

Pour ce qui est du Plan d’action pour les jeunes et leur famille, présenté le 3 février, le document se veut une série d’engagements du milieu pour tisser un filet de protection sociale autour de chaque jeune de l’Estrie.

«C’est bien plus qu’un plan d’action, c’est une réelle mobilisation des acteurs du milieu afin de soutenir les jeunes et leur famille. Nous nous engageons tous formellement pour le développement et le bien-être des enfants et pour la protection des plus vulnérables», indique Robin Marie Coleman, présidente-directrice générale adjointe au CIUSSS de l’Estrie – CHUS. Rappelons qu’en février 2020, l’établissement avait déposé un mémoire à la Commission spéciale sur les droits des enfants et la protection de la jeunesse.

LES QUATRE AXES DU PLAN D’ACTION

. S’engager dans une approche globale pour tous les enfants et leur famille afin de favoriser leur développement;

. Consolider et déployer un filet de protection sociale autour des enfants en situation de vulnérabilité et leur famille;

. Répondre aux besoins des enfants en situation de compromission par un accès facilité;

. S’engager pour reconnaître et soutenir les professionnels œuvrant en protection de la jeunesse.

Stéphane Lévesque, Initiative de journalisme local, L'Hebdo Journal