« Un pied dans la mer, un pied dans la forêt »

·2 min read

Amoureux de la mer, Guy Marin est un auteur-compositeur-interprète natif de la Côte-de-Beaupré. Ce musicien mène sa barque depuis des décennies. L’artiste a vécu tant à Québec qu’à Montréal, et depuis octobre 2020, il a jeté l’ancre dans la région. Et ce, pour de bon ! Rencontre…

Dès le début des années soixante, il s’initie à la guitare. « Je suis de la génération des Pierre Flynn et Richard Séguin, explique-t-il. Plusieurs d’entre nous s’inspiraient des Beatles. Dans ma région natale, il y a très peu d’anglophones et mon anglais était plutôt pauvre. D’emblée, j’ai donc écrit mes chansons juste en français ! Au début des années 1980, je suis devenu chansonnier… dans les vraies boites à chansons ! À l’époque, les gens venaient pour écouter vraiment le chansonnier même s’ils ne le connaissaient pas. C’est fort différent aujourd’hui. »

Puis, il fait un baccalauréat en langue et littérature, et commence à enseigner le français. En parallèle, en 1993, il collabore à une comédie musicale qui remporte le prix de l’Association canadienne d’éducation de langue française. La même année, il participe comme interprète à un spectacle hommage à Félix Leclerc, qui rafle le prix du spectacle de l’année à l’Université Laval. Tout en enseignant, il œuvre comme arrangeur et directeur musical dans son studio d’enregistrement. « À travers mon parcours, j’ai voulu renouer avec mes racines amérindiennes; j’ai aussi enseigné à de jeunes autochtones au nord du Québec, les Cris, poursuit-il. J’ai tellement aimé ma rencontre avec ce beau peuple fort méconnu. » D’ailleurs, son deuxième album, KWEY, achevé à son retour, est clairement teinté de cette expérience.

Bientôt un quatrième album

Que fait un artiste en confinement? « Il profite du moment présent pour écrire, répond M. Marin. Lorsqu’on fait des spectacles, on s’amuse. Entretemps, il faut écrire. Je n’ai que cela à faire pour l’instant ! Et mon studio est fin prêt. J’aimerais que cet album composé de chansons originales de Noël sorte à la fin de l’année. »

Ce créateur marie l’océan et les étoiles. Il raffole des forêts d’ici, et l’été, il prend le large à bord de son voilier. « Celui-ci est en Gaspésie, on l’appelle notre chalet, précise-t-il. Cela dit, notre ancrage en Estrie repose sur un gros coup de cœur ! Je compte bien y passer le reste de mes jours… » Il espère aussi sillonner la région pour offrir des spectacles. À suivre…

guymarin.com

facebook.com/guymarin

Mireille Fréjeau, Initiative de journalisme local, Journal L'Étincelle