Un pont presque neuf emporté par la crue en Gaspésie

·3 min read

Le club de motoneige Les sentiers Rocher-Percé cherche un de ses ponts. Les crues soudaines de mercredi ont emporté la structure d’environ 30 mètres qui enjambait la rivière du Portage, à Percé, construite il y a à peine un an.

Les importantes précipitations et le temps doux des derniers jours ont eu raison d’un pont construit il y a environ un an sur la rivière du Portage, mieux connue comme la rivière aux Émeraudes, à Percé. La structure qui appartenait au club de motoneige Les sentiers Rocher-Percé reste introuvable, alors que le niveau de l’eau redescend.

«On croit qu’il est parti avec la crue, surement à cause d’un arbre. Ça a vraiment été une surprise parce qu’il avait résisté le printemps dernier, on pensait qu’il serait bon», note le président du club, Norbert Bond. Ce dernier se désole de voir cet investissement important emporté par les eaux, un peu moins d’un an après sa construction. «Il a couté environ 8000$ à construire. C’est beaucoup d’argent pour un petit club, on n’a pas grand moyens», note-t-il.

Le pont, construit en amont de la rivière en décembre dernier, était destiné à remplacer une structure similaire, elle aussi emportée par le courant il y a quelques années. «L’autre était plus bas sur la rivière. On avait choisi de mettre le nouveau plus haut, entre la chute [aux émeraudes] et les grosses roches, justement parce que l’eau ne montait jamais à ce niveau-là», explique le président, qui estime que c’est un arbre entraîné par le courant qui a eu raison du pont.

Même si les membres du club de motoneige n’ont pas encore eu l’occasion de partir à la recherche de la structure, le niveau de l’eau étant toujours trop élevé, M. Bond est d’avis que les chances de la retrouver sont faibles. «S’il est descendu avec la rivière, ça va très vite. Il pourrait être pas mal n’importe où», croit-il.

Passage sur la route 132

Après avoir pris contact avec la fédération des clubs de motoneigistes du Québec, M. Bond confirme que, même dans les meilleurs scénarios, le pont ne sera pas remis en fonction cet hiver. «On a pas les moyens de rebâtir cet hiver, ça, c’est sûr. On ne croit pas non plus être capable de faire un pont de glace, au moins pour le début de la saison», se désole-t-il.

Pour les prochains mois, le club souhaiterait pouvoir emprunter la route 132 afin de traverser le cours d’eau, chose qui leur a déjà été refusée par le ministère des Transports il y a un an, ce qui a forcé le club a le pont emporté par les eaux mercredi. «Le ministère ne veut pas nous donner le droit. On aurait besoin de 1,3 kilomètre, et ils nous disent qu’on ne peut pas dépasser 1 kilomètre. On ne peut quand même pas passer dans la rivière!», explique M. Bond.

Le ministère des Transports effectue actuellement des vérifications quant à la règlementation, même s’ils n’ont pas encore reçu de demande officielle de la part du club de motoneige.

Simon Carmichael, Initiative de journalisme local, Le Soleil