Un premier variant de la COVID-19 à Laval

·3 min read

Selon les données émises par l'Institut national de santé publique du Québec (INSPQ), un premier cas du variant de la COVID-19 provenant du Royaume-Uni a été confirmé sur le territoire lavallois.

Le B.1.1.7 est le premier variant à être détecté à Laval depuis l'arrivée de ces nouvelles souches au Québec.

Découvert en septembre 2020, ce variant se trouve déjà dans une soixantaine de pays à travers le monde. Il se transmettrait plus facilement que le virus d'origine et est perçu comme la cause principale d'une nouvelle croissance importante des cas au Royaume-Uni.

Au total, 16 cas totaux de variants ont été confirmés dans la province jusqu'à maintenant par l'INSPQ. Parmi ceux-ci, 13 proviennent du variant du Royaume-Uni et 2 de celui de l'Afrique du Sud. L'un des cas confirmés est toujours sous évaluation.

Rappelons qu'une augmentation du criblage et du séquençage est prévue dès cette semaine dans la grande région métropolitaine pour mieux détecter les nouveaux variants de la COVID-19.

Le nombre de cas actifs, qui se situe à 797, est encore en baisse (-56) par rapport à la veille, et ce, malgré une hausse de 55 cas confirmés.

Parmi les personnes touchées, 42 sont présentement hospitalisées, dont 17 aux soins intensifs.

Au total, 23 641 cas ont été confirmés depuis le début de la pandémie. On décompte malheureusement 856 personnes décédées en raison du virus.

Le Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) de Laval confirme aussi que 20 de ses employés sont présentement absents du travail en raison de la COVID-19.

Tous les secteurs lavallois connaissent une baisse de cas actifs en date du mardi 16 février.

Chomedey est celui qui constate la plus grande diminution avec une baisse de 23 cas actifs. Il demeure toutefois le quartier le plus touché en chiffres absolus avec 222 cas actifs.

De son côté, le secteur composé de Pont-Viau/Renaud-Coursol/Laval-des-Rapides (-13) est le plus affecté en taux d'infection avec 238 cas actifs par 100 000 habitants.

Trois secteurs constatent quant à eux une baisse de six cas actifs par rapport à la veille, soit Sainte-Dorothée/Laval-Ouest/Laval-Les Îles/Fabreville-Ouest/Laval-sur-le-Lac, Vimont/Auteuil et Fabreville-Est/Sainte-Rose.

Ce dernier demeure le quartier le moins touché de l'île Jésus, que ce soit en chiffres absolus (84 cas actifs) ou en taux d'infection (111 cas actifs par 100 000 habitants).

Duvernay/Saint-François/Saint-Vincent-de-Paul présente la plus petite réduction du jour avec deux cas actifs en moins. On y constate 107 personnes toujours porteuses de la COVID-19.

***

Prendre note que tel qu’indiqué sur le site Web du CISSS de Laval, ces données par secteur incluent l’ensemble des cas des citoyens testés positifs à la COVID-19, qu’ils résident dans des milieux fermés ou ailleurs dans la communauté.

Les milieux fermés incluent des milieux de vie comme les centres d’hébergement et de soins de longue durée (CHSLD), les résidences privées pour aînés (RPA), les ressources intermédiaires (RI), ainsi que les centres correctionnels.

Les données présentées sont calculées en fonction du lieu de résidence. Le CISSS tarde à déterminer le foyer de 57 cas jusqu’ici, dont 10 actifs.

Nicholas Pereira, Initiative de journalisme local, Courrier Laval