Un «soldat inconnu» canadien enterré aux Pays-Bas retrouve son identité

Maan Alhmidi
·2 min read

OTTAWA — Un soldat canadien enterré dans l'anonymat aux Pays-Bas vers la fin de la Seconde Guerre mondiale a retrouvé son identité, 75 ans plus tard, annonce le ministère de la Défense nationale.

L'identité du soldat Henry George Johnston a été confirmée dans le cadre d'un programme voué à l'identification des squelettes nouvellement retrouvés et des militaires canadiens enterrés dans l'anonymat.

Sarah Lockyer, anthropologue et coordonnatrice de l'identification des victimes au ministère de la Défense nationale, a déclaré lundi que les recherches dans les archives et les informations historiques avaient confirmé l'identité du cavalier Henry George Johnston. Il avait été inhumé en tant que «soldat inconnu» en 1945 dans le cimetière de la Commission des sépultures de guerre du Commonwealth de Mook, aux Pays-Bas.

Après un entraînement en Ontario, M. Johnston, né à Chauvin, en Alberta, avait débarqué au Royaume-Uni en juillet 1944. Il a été tué aux Pays-Bas le 17 janvier 1945, à l’âge de 29 ans, lors de l'opération «Blackcock» du 12e Corps britannique, «une lutte acharnée pour pousser les troupes allemandes vers l'est à travers une rivière importante», écrit la Défense nationale.

«Nous examinons toutes les informations historiques que nous pouvons trouver, explique l'anthropologue Lockyer. Des choses comme les journaux personnels de guerre, les registres des inhumations, les listes de pertes militaires.»

Le ministère de la Défense indique que la famille de M. Johnston a été informée de la nouvelle et a reçu le soutien de l'armée. Une cérémonie sera tenue «aussitôt que possible» pour consacrer de nouveau sa pierre tombale au cimetière de guerre Mook, dans la province du Limbourg, aux Pays-Bas.

«Il s'agit de redonner une identité à une personne qui était demeurée inconnue jusqu'ici», a expliqué Mme Lockyer. «Cet homme est mort au combat, a donné sa vie pour le Canada et les Forces canadiennes à l'époque. Et nous lui devons en quelque sorte d'essayer autant que possible de lui rendre son identité.»

Plus de 27 000 militaires canadiens des deux guerres mondiales et de la guerre de Corée sont sans sépulture connue, a-t-elle rappelé.

Le Programme d’identification des pertes militaires des Forces armées canadiennes procède à l’identification de soldats inconnus quand leurs ossements sont retrouvés et qu’il y a suffisamment de preuves pour les identifier par leur nom. Le programme, créé en 2007, est devenu plus systématique depuis 2019.

«Nous commençons maintenant à mettre en place des processus beaucoup plus réglementés pour y parvenir», a soutenu Mme Lockyer, qui souligne que les restes de 31 Canadiens ont été identifiés depuis 2007.

———

Cet article a été produit avec l'aide financière des Bourses Facebook et La Presse Canadienne pour les nouvelles.

Maan Alhmidi , La Presse Canadienne