Une créatrice de mobiles de Saint-Honoré se taille une place chez Mode Choc

·4 min read

Les créations de Jessica Gagné, celle qui est derrière l’entreprise Les Rêves de Xavier, se font de plus en plus connaître sur la toile. Elles ont attiré l’attention de la chaîne Mode Choc, qui aura bientôt deux de ses mobiles sur les tablettes de ses boutiques du Saguenay-Lac-Saint-Jean.

Cela fait plus de trois ans et demi que Jessica Gagné, 24 ans, s’est lancée en affaires. Au début, ce n’était pas du tout l’objectif de son projet, alors qu’elle voulait simplement faire plaisir à sa sœur qui attendait son premier enfant et qui ne trouvait pas de mobile à son goût. La future entrepreneure de Saint-Honoré était, à ce moment, aux études en design d’intérieur.

Elle s’est mise à penser qu’elle pouvait peut-être fabriquer quelque chose puisque sa mère lui avait appris à coudre dans son enfance. « Quand j’étais jeune, je cousais des vêtements pour mes toutous. J’avais peut-être sept ans quand je faisais ça et j’avais complètement laissé ça de côté, mais j’ai décidé de me réessayer », raconte l’entrepreneure dans un entretien par visioconférence avec Le Quotidien.

Les proches de Jessica ont tous été très impressionnés par ce premier mobile et lui ont conseillé de se lancer en affaires, en commençant par la création d’une page Facebook. Elle a nommé son entreprise Les Rêves de Xavier, en l’honneur du neveu détenteur de la première création, François-Xavier.

Sa sœur, qui était en congé de maternité à ce moment, a pu aider Jessica durant la première année de sa boutique. Après ses études, Jessica a décidé de se lancer à temps plein dans ce projet, seule. Depuis deux ans, une couturière l’aide pour certains produits.

Des produits uniques Tous les produits vendus par Jessica sont faits à la main. Si l’entreprise Les Rêves de Xavier est davantage connue pour ses mobiles qui peuvent être personnalisés, la créatrice voulait également, au fil du temps, garnir l’éventail de produits offerts par son entreprise. On retrouve maintenant des bavoirs, des guirlandes et des attache-suces qui sont tout aussi personnalisables.

Une attention est portée à l’utilisation des matériaux pour qu’ils respectent le plus possible l’environnement. Par exemple, pour le support des mobiles, Jessica utilise du bois de grève. C’est son conjoint qui l’a inspiré à utiliser ce bois, alors qu’il en avait ramené à la maison, mais qu’il ne savait pas trop quoi en faire.

« Puisque ç’a dérivé longtemps, tout est nettoyé et la consistance du bois n’est comme plus la même. Elle est super légère et travaillée par l’eau. C’est super beau ! Ça donne de super belles couleurs, dans le gris ou le beige », continue Jessica. Aujourd’hui, elle doit souvent aller avec son conjoint ou des amis en ramasser sur le bord de l’eau.

Les médias sociaux Si l’entreprise connaît un succès grandissant, les médias sociaux y sont pour beaucoup. Grâce à ces derniers, la marque Les Rêves de Xavier a pu se faire connaître un peu partout dans la province, et même dans d’autres pays.

Selon Jessica, les influenceurs ne sont pas à négliger dans une stratégie marketing. « Ce sont vraiment eux qui ont fait en sorte que ma page a vraiment décollé en un an », souligne-t-elle. Ses réseaux recueillent plusieurs milliers d’abonnés.

Par exemple, Jessica a récemment envoyé un mobile et quelques accessoires à l’influenceuse Kim Demers. Lorsque la maman a publié une photo des créations sur sa page, il y a quelques semaines, Jessica a eu 3000 visites sur son site en environ une journée.

Mode Choc En branle depuis plusieurs mois, deux créations de Les Rêves de Xavier seront sur les tablettes des Mode Choc de la région prochainement. La créatrice vient de terminer les démarches.

Ce seront des mobiles un peu différents de ceux qu’on retrouve présentement sur le site de Jessica, puisqu’ils seront plus abordables. Le bois de grève sera remplacé par du bambou.

La créatrice est très fière de ce partenariat, qui pourrait se poursuivre hors de la région si tout se passe bien. « J’étais vraiment contente quand j’ai eu la nouvelle qu’ils voulaient m’encourager et qu’ils voulaient essayer parce qu’ils aimaient mes produits », se réjouit-elle.

Si Jessica avait certains objectifs pour la prochaine année, elle a malheureusement dû les modifier en raison de la COVID-19. Elle aurait aimé s’associer avec des organismes qui aident des enfants, avoir une boutique ou peut-être engager une nouvelle ressource au sein de l’entreprise. Elle continue d’y rêver.

Pour voir les produits faits par Jessica, on peut visiter sa page Facebook, son site Web ou encore sa page Instagram.

Myriam Arsenault, Initiative de journalisme local, Le Quotidien