Une histoire de vaccin à la COVID-19 créé un tollé sur le web

·3 min read

Une simple photo relative à une histoire du vaccin de la COVID-19 qui au départ devait être somme toute banale est devenue virale sur le web au point ou des gens ont été injuriés, insultés et même menacés de se faire attaquer physiquement.

Cette fameuse photo sur les réseaux sociaux indique que «l’hôpital de Baie-Comeau a trois cas de paralysie chez les employés qui ont reçu la première dose du vaccin. Il n’y a plus personne qui le veut maintenant à Baie-Comeau», peut-on lire une fois les fautes d’orthographe corrigées et la phrase restructurée.

Une des personnes ciblées a contacté macotenord.com pour mettre en garde les journalistes contre les choses dites sur le web. «Il faut faire attention à tout ce que l’on rapporte et ce que l’on dit».

Ensuite, elle a accepté de raconter les faits sous le couvert de l’anonymat par peur de représailles étant toujours à l’emploi du Centre intégré de santé et de services sociaux de la Côte-Nord.

«Oui j’ai la paralysie de Bell. Et oui je travaille ici. Mais rien ne confirme le lien de ce diagnostic et le vaccin.»

Elle ajoute: «ce sont des risques qui vont avec tous les vaccins. Les autres causes possibles de la paralysie de Bell sont le virus de l’herpès buccal ou le réveil du zona.»

Cette dame assure que les médecins suivent l’évolution de son état de santé.

Au CISSS, on a confirmé à Radio-Canada qu’un cas de paralysie faciale a effectivement été observé chez une personne ayant reçu une dose de vaccin contre la COVID-19 il y a quelques semaines.

Le CISSS mentionne que la paralysie faciale n’a jamais été associée statistiquement à aucun vaccin.

Néanmoins, ce cas a été compilé au registre du fichier central des effets secondaires post-vaccinaux par la direction de la santé publique de la Côte-Nord.

Réactions vives Chose certaine, cette histoire de vaccins a créé un tollé sur les réseaux sociaux. Un tsunami de commentaires, parfois injurieux, ont inondé la toile. On parle de plus d’une centaine en moins d’une heure.

«Ça ressemble à une belle fausse nouvelle de conspis. Je vais y croire quand une employée de cet hôpital va en parler», peut-on lire parmi tous ces commentaires pour la plupart peu élogieux.

«Fake news pour faire peur au monde. Je travaille à l’hôpital et je me suis informée auprès de collègues, médecins, personne n’a entendu parler. Alors ne croyez pas tout ce qui se dit sur les réseaux sociaux», a écrit une internaute.

«Un gars m’a menacé de contacter Facebook pour faire fermer mon compte uniquement parce que j’avais partagé la dite photo, sans émettre aucun commentaire» a publié un autre internaute précisant être un résident de Baie-Comeau, sans plus.

Le CISSS précise que plus de 17 629 doses ont été injectées dans la région jusqu’à présent.

Stéphane Tremblay, Initiative de journalisme local, Ma Côte-Nord