Œuvres originales et uniques

·2 min read

Noël-Ange Coderre, 76 ans, est une artiste sculpteure de Danville. Globetrotteuse curieuse, tant au sens propre qu’au figuré, elle est toujours en quête d’horizons nouveaux. Toujours prête à embarquer pour des aventures imprévisibles, même au grand large. Mais c’est dans le bronze et l’aluminium combinés à du bois ou de la pierre qu’elle a jetée l’ancre…

« Lorsque j’étais petite, en solitaire, je bricolais avec des ciseaux, des crayons, du papier, des roches et des branches, se souvient-elle. À l’époque, les beaux-arts n’étaient pas considérés comme une avenue sérieuse. J’ai donc été du côté de l’enseignement au secondaire en me disant que lorsque je serais grande, je ferais ce que je veux! Ainsi, j’ai passé mon bac en arts à l’âge de 44 ans! Et je n’ai pas arrêté de créer depuis… »

« Rien ne se perd, tout se recrée »

Voilà sa philosophie, bonifiée par des expériences pittoresques. Son art et son intuition l’ont guidée partout dans le monde avec des expositions collectives et solos, notamment au Mexique et en France. Elle a également connu l’appel du large : « En 2000, j’ai traversé une partie du Pacifique avec un capitaine et un coéquipier. Un gros défi, une puissante rencontre avec moi-même! Ce genre d’expérience nous sort de notre zone de confort. J’ai réalisé que nos peurs nous empêchent de vivre. Surtout, il ne faut pas les laisser avoir de l’emprise sur nous! »

En 2008, elle a aussi vécu des expériences humanitaires en Tanzanie (près du Rwanda) avec les enfants de la rue. « Mon conjoint enseignait l’anglais aux jeunes, et moi les arts plastiques, raconte-t-elle. Je n’avais aucun matériel! On dessinait sur des feuilles de bananier séchées. Ça a vraiment été enrichissant! » Sans doute était-elle comme un poisson dans l’eau puisque la récupération rythme sa vie.

« À la fin des années 1970, j’ai eu la chance de connaitre Normand Maurice, le père de la récupération au Québec, précise-t-elle. À travers l’enseignement, il a même récupéré bon nombre d’élèves en difficulté comme les décrocheurs! Pour moi, il reste LE pédagogue par excellence. Et ma démarche artistique est toujours liée à la récupération, au jeu du jumelage des matières et des formes qui m’inspirent. »

Échanger avec cette artiste chaleureuse et poétique donne l’impression d’échanger avec la femme qui murmure à l’oreille de la nature…

Vous pouvez admirer ses œuvres dans le cadre d’une expo pour Noël du 20 novembre au 20 décembre à La Galerie Perkins, à Danville.

Mireille Fréjeau, Initiative de journalisme local, Journal L'Étincelle