Vaccination des adultes en Minganie : c’est parti!

·3 min read

Ça y est : la vaccination générale contre la COVID-19 pour les adultes débutait officiellement le 10 février en Minganie.

La dame sur la photo [NDLR : nous n'avons pas eu confirmation de son nom ni de celui de l'infirmière en raison d'une erreur de communication avec le CLSC d'Aguanish, nous en sommes désolés] était l'une des premières volontaires à recevoir le vaccin de Moderna au CLSC d'Aguanish mercredi après-midi. Elle fait partie des 2390 personnes majeures de la région à avoir pris rendez-vous pour se faire vacciner. Autant de doses ont été envoyées par le Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) de la Côte-Nord aux dispensaires et centres de santé entre Rivière-au-Tonnerre et la communauté innue de Nutashkuan.

Puisqu’une quantité précise de doses du vaccin a été livrée en fonction du nombre de rendez-vous, il n’existe presqu’aucune marge de manœuvre pour les gens qui n’auraient pas réserver leur place dans leur dispensaire ou centre de santé respectif.

Toutefois, comme des résidents peuvent avoir annulé leur rendez-vous, la coordonnatrice de territoire – Minganie pour le CISSS de la Côte-Nord, Chantale Tanguay, suggère d’une part à ceux qui voudraient tenter leur chance d’appeler directement le dispensaire de leur village pour savoir ce qu’il en est. D’autre part, les résidents sans rendez-vous peuvent téléphoner au 1-844-407-0967 pour voir s’ils pourraient recevoir une des doses supplémentaires réservées pour l’hôpital de Havre-Saint-Pierre, a conseillé Mme Tanguay lors d’une entrevue sur les ondes de CILE. Les résidents de Nutashkuan doivent quant à eux communiquer directement avec le Centre Tshukuminu Kanani pour réserver un créneau de vaccination.

La vaccination pour les adultes de l’est de la Minganie prenait place du 10 au 12 février à Aguanish et débutait entre-temps à Nutashkuan. Ce sera au tour de Natashquan les 13 et 14 février, puis aux résidents de Baie-Johan-Beetz le 15.

Pour la seconde dose, les modalités seront précisées ultérieurement. « Il est toujours prévu qu’elle soit administrée entre 42 et 90 jours après la première dose », soutient le conseiller en communications du CISSS de la Côte-Nord, Pascal Paradis.

Rappelons qu’en janvier, plus de 600 doses avaient été inoculées au personnel de la santé, aux résidents des CHSLD et des résidences pour aînés de la région ainsi qu’à la population de Port-Menier, sur l’île d’Anticosti.

La campagne de vaccination dans les territoires isolés de la Côte-Nord s’amorçait aussi en Basse-Côte-Nord et dans Caniapiscau mercredi. Au moment d’écrire ces lignes, 6854 doses de vaccin avaient été administrées sur la Côte-Nord.

Le retour des barrages routiers?

En conférence de presse le 2 février dernier, le premier ministre François Legault a indiqué que son gouvernement « n’exclut pas » de mettre en place des mesures plus strictes pour la semaine de relâche. Mercredi matin, la vice-première ministre, Geneviève Guilbault a fait volte-face sur sa position précédente sur l’instauration de barrages routiers interrégionaux et interprovinciaux.

« Le contrôle des allées et venues entre les provinces et à l’intérieur de la province fait partie de nos discussions et de nos préoccupations continuelles », a-t-elle laissé glisser.

La question des effectifs policiers, qui étaient au cœur du refus de Québec de réinstaller des barrages ou des contrôles routiers, ne semble plus être un problème. « Il y a 15 000 policiers au Québec, mais si on voulait mettre en place des barrages, on ne s’empêchera pas de le faire en disant : “Il n’y a pas assez de policiers.” […] Il n’y a pas d’enjeux de ressource qui peuvent nous empêcher de protéger notre population », a-t-elle assuré. Une annonce devrait être faite la semaine prochaine à ce sujet.

Laurence Dami-Houle, Initiative de journalisme local, Le Portageur