Virées gourmandes de la Montérégie: La petite histoire d’un délicieux succès

·3 min read

Avec la pandémie, entrepreneurs et artisans doivent faire preuve de créativité afin de faire connaître leurs produits. Initiative de Montérégie Le garde-manger du Québec, la boîte des Virées gourmandes est une magnifique illustration de ce qu’on peut faire avec de bons produits et un peu de jugeote.

Ces dernières années, Les Virées gourmandes ont permis à nombres de consommateur d’aller à la découverte de notre terroir et à la rencontre des producteurs et artisans de la Montérégie. En raison des limites imposées depuis le début de la pandémie cependant, la formule a dû être repensée. Cette fois, ce ne sont pas les consommateurs qui vont à la rencontre des producteurs. Par le biais de six boîtes mensuelles distribuées d’octobre à mars, ce sont les aliments d’ici qui s’invitent dans les chaumières. « Plutôt que les gens se déplacent sur le territoire pour aller voir les producteurs, ce sont ces derniers qui s’invitent chez eux, explique Brigitte Marcotte, responsable de la campagne de promotion. Pour leur faire vivre une expérience et ce, dans le confort de leur foyer. Et, dans le contexte de la Covid-19, ça se fait en toute sécurité. Chaque boîte a sa thématique. En octobre, c’était les récoltes alors qu’en novembre, nous avons mis l’accent sur le réconfort et le cocooning. »

Produites en une centaine d’unités, ces boîtes à surprises gastronomiques se sont envolées comme des petits pains chauds au cours des deux premiers mois. Il est donc important, si le concept vous intéresse, de vous abonner à l’infolettre sur le site gardemangerduquebec.ca. Et restez à l’affût en attendant la prochaine fournée! « Ce que nous offrons aux gens, c’est une expérience, ajoute la spécialiste des communications. À l’intérieur de la boîte, il y a tous les ingrédients mais aussi du contenu exclusif, de courts vidéos, un mini-magazine avec des astuces du chef Pasquale Vari de l’ITHQ. C’est très populaire. Au départ, nous étions plutôt conservateurs dans nos prédictions, mais la première boîte s’est vendue en quelques jours et celle de novembre, en une journée. » Mme Marcotte rappelle par ailleurs qu’au-delà des maraîchers et des artisans, l’industrie de la transformation est également fort importante dans la région. « À titre d’exemple, on ne produit pas de café, mais de la torréfaction se fait en Montérégie. Il y a aussi les commerçants qui embauchent des employés. Alors c’est important de les encourager. On contribue quand on achète ces produits et ça nous permet de développer une autonomie et un dynamisme local. »

Si vous ne réussissez pas à mettre la main sur une boîte, vous pouvez toujours créer votre propre menu thématique. Le tout, en consultant la carte des producteurs et commerçants affichée sur le site. Parmi les partenaires participants de la MRC de Marguerite-D’Youville, notons la Ferme G.D. et la Bleuetière B.P.R. Charbonneau de Saint-Amable ainsi que la Boulangerie Charbonneau de Sainte-Julie. « On veut piquer la curiosité des gens, alors on ne dévoile pas le contenu avant la cueillette des boîtes, précise Brigitte Marcotte. C’est un aspect que j’aime beaucoup. Ça nous ramène un peu à l’enfance, quand on se demandait ce qu’il y avait dans nos cadeaux. Mais après la distribution, toute l’information est rendue disponible sur notre site web et notre page Facebook. » Les boîtes des Virées gourmandes sont vendues au coût de 100$ l’unité.

Steve Martin, Initiative de journalisme local, La Relève